Vous accompagner est un privilège...


Recherche d'un défunt

Avis de décès Consulter les archives

Historique

Famille… Une histoire de famille…

A l`époque où les campagnes ne jouissaient pas encore des services de salons funéraires et d`entrepreneurs de pompes funèbres, c`était souvent la Fabrique elle-même qui pourvoyait au transport du défunt de sa résidence à l`église pour la célébration du service religieux. Le premier corbillard de la Fabrique de Ste-Jeanne-de-Pont-Rouge fut acheté en 1877.  La famille du défunt devait payer 25 cents pour pouvoir jouir de l`usage de ce corbillard. La veille de l`enterrement, on venait le chercher et, sous peine de payer $2.00 d`amende, on le remisait à l`abri dans la grange ou dans le hangar pour la nuit. Le matin du service religieux, le corbillard tiré lentement par un cheval conduit par un cocher amenait le corps du défunt à l`église.

Voilà ce qui caractérise notre entreprise. La maison sise au 247 de la rue Dupont à Pont-Rouge a été érigée en 1867 et est l’une des premières à voir le jour dans le village. Joe Julien a été le deuxième acquéreur de la maison et en a fait le plus gros magasin général du comté de Portneuf. Il était aussi maréchal ferrant. La montée de chevaux est encore bien présente dans les garages du salon funéraire, vestige d’une autre époque. Attenante à la maison principale, Joe Julien avait un entrepôt où il gardait quelques cercueils.

Par la suite, Mme Paul-Emile Germain y installa un magasin de meubles. La famille Julien reste propriétaire de la maison et y habite. Dans les années 40, Alphonse, fils de Joe, suit son cour d’embaumeur à Montréal et devient le premier embaumeur du comté. Dans les années 50, il transforme le magasin de meubles en salon funéraire. C’est un précurseur, puisque c’est le premier salon funéraire du comté de Portneuf…

En 1966, Alphonse vend le salon de Pont-Rouge à L. Leclerc et fils de St-Basile, qui le garda jusqu’en 1990.

C’est le 14 février de cette année là , qu’un jeune thanatologue originaire de la région du Saguenay, et son épouse achète la résidence funéraire et change le nom pour Résidence funéraire Claude Charest.

En 1996, voulant améliorer les infrastructures de la Compagnie, Claude Charest achète la maison d’une famille bien connue de Ste-Catherine : la famille Juneau pour en faire une nouvelle résidence funéraire afin de mieux répondre aux attentes des citoyens de cette municipalité.

Depuis, plusieurs rénovations ont été faites à Pont-Rouge, dont l’ajout d’un columbarium. La modernisation du salon funéraire et du laboratoire afin de mieux répondre aux exigences les plus pointues des familles. Également, l’emplacement du salon de St-Basile a été changé. Nous sommes situés maintenant juste derrière l’église de St-Basile et rénové récemment.

C’est une belle histoire où chaque génération qui a habitée et aimée cette maison a laissé un souvenir impérissable qui rejailli dans tout le beau comté de Portneuf…

Cette histoire n’est pas encore terminée….la maison est encore là  ainsi que ses propriétaires et continuera à servir toute une génération…à suivre…

Une heureuse nouvelle pour la résidence funeraire et pour toute la communauté. En effet, Roxanne, la cadette des enfants de Claude et Lyne se joindra à l’entreprise familiale lorsqu’elle aura terminé le cours de Techniques de thanatologie au Collège de Rosemont. Roxanne apportera un vent de fraîcheur , de jeunesse et de renouveau à toute l’équipe. Ses parents, il va s’en dire, sont très fiers de la relève et de la compétence qu’elle apportera à l’entreprise.